Archipel du Micromonde Francophone

Le micromonde est un monde imaginaire, peuplé de populations tout aussi imaginaires.


    PRESSE RUSSLAVE

    Partagez
    avatar
    Priap Rioumine

    Messages : 20
    Date d'inscription : 08/12/2017
    Localisation : Murasibirsk, caves de la gendarmerie impériale

    PRESSE RUSSLAVE

    Message par Priap Rioumine le Sam 9 Déc 2017 - 12:31

    Le Vigilant a écrit:

    LE VIGILANT
    Dossier spécial – Le Valdisky



    Première partie : Les origines de la prétendue « nation » valdiske
    Une Histoire falsifiée par les ennemis de la race slave
    Des Slaves contaminés par le bacille franc-charpentier révolutionnaire et intermicronationaliste
    Un régime criminel et abscond
    Entretien avec le professeur Guennadi Kirillovitch Iakovlev, de l’Institut de Panslavologie appliquée.

    Professeur Iakovlev, Votre Haute Sapience, vous êtes une autorité de réputation micromondiale en ce qui concerne l’Histoire primordiale de la Russlavie. Que pouvez-vous nous apprendre sur les origines de nos voisins les Valdisks ?


    Il est évident que les Valdisks, loin de constituer je ne sais quelle race à part, descendent de colons russlaves partis vers l’est dans les temps obscurs, de la même manière que les Petits-russlaves descendent de colons partis, eux, vers le sud-ouest. Le nier serait aussi ridicule que d’imaginer les Petits-russlaves nier leur identité russlave au profit de je ne sais quelle ascendance mythifiée et fantaisiste. Nous savons, par la Chronique de Pamphletos de Bytance, que des vagues de peuplement séculaires ont progressé de l’ancienne Murasovie vers l’est, pour finir par atteindre l’Orient et la Sibérie orientale où les migrations slaves se sont mêlées aux tribus locales. Il n’y a aucune raison de croire que les vagues de migration slaves se seraient arrêtées comme par magie à l’actuelle frontière russlavo-valdiske ! A l’heure actuelle nous manquons de preuves tangibles, mais je suis sûr qu’une seule mission archéologique en Valdisky suffirait à confirmer l’évidence !


    En l’absence de preuve archéologique attestant d’une émigration russslave en actuelle République populaire du Valdisky, de quelles indices disposons-nous ?

    Mais notre indice, c’est la réalité observable, tout simplement ! Si l’on veut bien admettre que, en migrant vers l’est, les Slaves ont pu se mêler à des peuples indigènes pour former un substrat ethnique distinct des tribus russlaves, il est cependant hors de doute que la culture de ces éventuels peuplades primordiales a été complètement remplacée par une culture et un langage, et donc, une civilisation, entièrement slaves. Il suffit de regarder les noms et les toponymes répandus au Valdisky ! Qu’est-ce que Novograd, sinon une « ville nouvelle » fondée, précisément, par des colons ?

    Et que dire des noms valdisks ? Pavel Gorilov, Dmitri Litovski, Bourikov, Karitchev, qu’est-ce que sont ces noms, sinon Russlaves ? Des Gorilov, des Litovski, on en trouve des dizaines parmi le peuple, en Murasovie ! Quant à « Karamazov », il s’agit de toute évidence d’une corruption du très russlave « Tchernomazov », dans lequel le slave « tcherno » a été remplacé par sa traduction turcose « kara ». Or, des Tchernomazov, il y en avait sur le domaine de mon père, à l’époque du servage, et je peux vous dire qu’ils étaient tous bien russlaves.

    Il en va de même en matière linguistique, le Valdisk étant, de toute évidence, un sous-dialecte russlave : c’est la raison pour laquelle le régime valdisk a interdit la lecture à son peuple : car en l’absence d’une réelle culture littéraire et scientifique, la seule littérature présente y est d’origine russlave.


    Comment expliquer, dès lors, que les Valdisks se considèrent comme entièrement distincts de la grande famille des peuples russlaves ?

    Déjà, votre affirmation est erronée. Dans le peuple prédomine la coexistence pacifique d’une identité russlave et d’une appartenance valdiske, de la même manière qu’un Oudmourte ou un Murasovien se considère à la fois Russlave et habitant de sa province, avec son identité locale. La promotion de l’identité « valdiske » comme anti-russlave et exclusive de toute autre appartenance est une construction sociale artificielle imposée au peuple par la propagande et la terreur.

    En effet, la raison de cette hallucination collective trouve sa source dans le régime politique qui règne à Maskva : le merksisme-luninisme révolutionnaire franc-charpentier dans sa forme la plus sanguinaire et la plus radicale : parti unique, vérité d’Etat, propagande constante, purges massives, climat de terreur perpétuelle, censure, destruction de la religion… Depuis leur accession au pouvoir, les merksistes-luninistes valdisks ont traité leur peuple comme une expérience de laboratoire, dont le but, conformément au cahier des charges imposé par l’Intermicronationale franc-charpentière, est de spolier les Valdisks de leur identité et de leurs racines pour en faire des esclaves sans âme ni conscience, parfaits soldats décérébrés au service d’une idéologie totalitaire et brutale qui vise rien de moins que la destruction de la civilisation dans le Micromonde.

    Ainsi, le pouvoir violetiste (c’est-à-dire merksiste-luniniste) a poussé à la rééducation de son propre peuple, imposant l’identité « valdiske » comme exclusive et réprimant sans pitié toute voix dissonante. Un pistolet franc-charpentier braqué sur la Sibérie, voilà ce que les forces occultes entendent faire du Valdisky !


    Pourtant, selon vous, les merksistes valdisks sont plus proches de la Russlavie qu’ils ne veulent bien l’admettre…

    Oui, c’est assez évident. Il suffit de voir que V.T. Medjelev, merksiste russlave bien connu, est cité comme modèle de la République populaire du Valdisky. J’y vois le signe clair que Medjelev, qui a quitté le sol russlave depuis 1911, se cache en réalité à Maskva, où il anime la politique impérialiste du Parti Violetiste à l’encontre de la Russlavie. Il est manifeste que le Valdisky est devenu un refuge et une base-arrière pour de nombreux merksistes et dissidents russlaves, qui l’utilisent pour déstabiliser notre pays et y préparer la révolution. Ces merksistes russlaves cohabitent avec l’habituel ramassis d’étrangers et d’intermicronationalistes qu’attire toujours l’idéologie merksiste-luniniste.

    Il suffit de voir la politique menée par le Valdisky à notre égard en 1914-1915 : soutien à la révolution en Sibérie, aide militaire aux menées séparatistes en Transvalachie, propagande anti-slave, etc. : il est évident que, partageant la même langue et la même culture, les dirigeants valdisks entendaient inféoder tout ou partie de la Russlavie à leur idéologie sanguinaire. S’ils avaient réussi, on aurait sans doute vu la propagande valdiske opérer un virage à 180 degrés typique des régimes totalitaires, et du jour au lendemain on nous aurait expliqué que les Russlaves sont en fait des Valdisks qui s’ignorent !


    La situation est donc très sombre. Comment faire, professeur, pour normaliser nos relations avec nos frères valdisks ?

    A l’heure actuelle, l’important est de maintenir le dialogue ouvert avec le Valdisky, même si cela signifie discuter avec un régime haineux et pervers à la solde de nos ennemis les Franc-charpentiers. Il faut trouver le moyen d’établir un canal de communication avec la société valdiske, par exemple par le développement d’initiatives culturelles, littéraires ou académiques : la culture est la nourriture de l’âme, et les Valdisks en sont tellement dépourvus !

    Par ce biais, peut-être parviendrons nous à conduire pacifiquement le régime valdisk vers moins de cruauté et plus de bienveillance envers ses propres citoyens, nos frères russlavo-valdisks.

    Pour aller plus loin:
    Pamphletos de Bytance, Res Gestae Gentorum Russlavorum
    P.P. Petchorine, Dits et légendes de Sibérie, Murasibirk, 1828
    L.I. Ostromourov, Oikoumené bytanzine et Russlavski Mir: convergences et universalité, Gornograd, 1889
    G.K. Iakovlev, Franc-charpenterie et Russlavophobie, Gornograd, 1901
    F.H. von Grubenfeldt, Sur certains tumuli de Sibérie orientale, Treste, 1912





    A suivre : Deuxième partie – Au cœur des ténèbres

    Dans la deuxième partie de notre dossier spécial sur le Valdisky, notre envoyé spécial nous présentera un rapport d’investigation sur le terrain, si, bien entendu, il revient en vie de son incursion en République populaire.


    Dernière édition par Priap Rioumine le Dim 7 Jan 2018 - 11:43, édité 1 fois
    avatar
    Joseph Kirov

    Messages : 750
    Date d'inscription : 24/07/2017

    Re: PRESSE RUSSLAVE

    Message par Joseph Kirov le Sam 9 Déc 2017 - 12:50

    Le PRK applauddissait un article vrai et montrant l'aberration qu'était la RPV.
    avatar
    Priap Rioumine

    Messages : 20
    Date d'inscription : 08/12/2017
    Localisation : Murasibirsk, caves de la gendarmerie impériale

    Re: PRESSE RUSSLAVE

    Message par Priap Rioumine le Mer 13 Déc 2017 - 13:53

    Demandez le Vigilant! Au sommaire de ce numéro, crise au Kolozistan et hydre révolutionnaire en Russlavie ! Le Vigilant reprend également la tradition d'interroger le lectorat via un sondage.


    Le Vigilant a écrit:

    LE VIGILANT



    Guerre civile au Kolozistan – complot Franc-charpentier ou conspiration anti-slave ?

    La caractéristique la plus marquante du conflit actuellement en cours au Kolozistan est que personne n’y comprend rien. Les affaires internes au Kolozistan n’ont jamais été très lisibles, entre une rayypoublik’ affairiste et des partis politiques aux acronymes interminables, mais la situation actuelle chez notre voisin du sud-ouest bat tous les records de complexité.

    Il est à peu près certain qu’un putsch a eu lieu au début de ce mois : ce putsch semblait dans un premier temps émaner d’une démarche saine et nécessaire, celle de débarrasser le Kolozistan de l’absurde régime merksiste qui l’accable. Dans cette optique, les Russlaves ne pouvaient que se féliciter de l’action virile et décidée du putschiste Lazarenko.

    Las ! Il apparait cependant chaque jour un peu plus que ce soit-disant « putsch » est en réalité le fruit d’une collusion organisée par des puissances étrangères. En effet, le Krassland, le Saint-Empire d’Edoran, et jusqu’à des nations aussi parfaitement inconnues que le Frankovar ( !) ont montré un empressement extraordinairement suspect à déployer des troupes au Kolozistan, sous les habituels motifs hypocrites qui président aux menées impérialistes à travers le Micromonde (« maintien de la paix », etc.).

    Il est désormais assez clair que le « putschiste » Lazarenko est un homme de paille, et que toute cette prétendue « crise nationale » n’a d’autre but que d’offrir au Krassland, à Edoran et à, euh, la Frankolavie, un prétexte pour mettre le pied au Kolozistan.

    Les véritables motifs de cet interventionnisme au profit ostensible d’un régime merksiste ( !) demeurent obscurs, mais il n’est guère risqué de supposer qu’ils sont de l’ordre de l’impérialisme, de la cupidité et du cynisme, trois mots qui, dans les chancelleries d’Allancia comme de Neu Krassburg, semblent avoir valeur de principes directeurs.

    Priap Kassianovitch Rioumine,
    Rédacteur en chef



    L’hydre révolutionnaire n’est pas morte

    La disparition du Parti Merksiste Luniniste et du Parti Républicain du paysage politique russlave pourrait laisser croire que le bacille révolutionnaire a définitivement été expurgé du corps de la Russlavie. C’est certainement ce que semblent croire les indolents capitalistes qui se succèdent au gouvernement depuis l’avènement de Notre Souverain Mikhaïl. En effet, davantage concernés par des peccadilles aussi futiles que la « dette nationale » ou « la relance de l’économie » (jargon de Franc-charpentiers s’il en est), ni le gouvernement Karénine ni l’actuel gouvernement du prince Andronikov n’ont prêté attention à la sécurité intérieure et à l’ordre public. Le Ministère de l’Intérieur et de la Justice, jadis le ministère le plus important du pays, a vu son budget sévèrement réduit de législature en législature, au profit du Ministère des Finances, ce qui trahit bien, au-delà des clivages de partis, la victoire sans appel des capitalistes sur les patriotes. L’Okhrana, nous confirme une source bien informée, a vu ses effectifs fondre comme neige au soleil, à tel point que, aujourd’hui, « l’infiltration des mouvements révolutionnaires est devenue virtuellement impossible », faute d’agents et de ressources. Tout entier tourné vers le veau d’or du développement économique effréné, le gouvernement ne réalise pas qu’il est assis sur un volcan insurrectionnel.

    En effet, il serait idiot de croire que la tentation du merksisme révolutionnaire a péri en même temps que le PMLR, ou que les inepties fédéralistes ont disparu avec le Parti Républicain. L’absence de réelle chasse aux ennemis du Tsar a permis la survie d’une vaste galaxie de groupuscules plus ou moins révolutionnaires dans la semi-clandestinité. Qui plus est, le développement industriel prôné par le gouvernement ne fait qu’accroître la masse de la population ouvrière qui, laissée à elle-même et exploitée par un patronat cupide, tombe naturellement dans les bras des agitateurs radicaux qui continuent de se mouvoir dans les soupentes et les sous-sols de nos grandes villes, dans les arrière-cours de nos usines et sur les bancs de nos universités. Partout, dans les grandes masses sombres des quartiers populaires, on s’échange des pamphlets anti-gouvernementaux sous le manteau, on vénère secrètement l’effigie de Viktor Medjelev ou Dmitri Litovski. Des étudiants donnent des cours d’alphabétisation illégaux aux ouvriers. Des agitateurs réclament la réduction du temps de travail et l’autogestion des usines. La situation n’est pas meilleure dans les campagnes : la paysannerie sibérienne, noyautée par des merksistes à la solde du Valdisky, n’a toujours pas été reprise en main. La dangereuse réforme agraire entreprise par le gouvernement n’a fait qu’aiguiser les appétits de la paysannerie, qui convoite à présent les domaines de la noblesse dans leur entièreté.

    Bref, sous les palais et des salons de l’aristocratie mercantile et « cultivée » (c’est-à-dire pro-edoranaise), sous les ors et les glaces du Palais impérial, un volcan gronde, une fièvre couve, une tempête s’annonce, qui, si rien n’est fait, éclatera peut-être avec une intensité au regard de laquelle les révolutions de 1907 et 1909 feront figure de plaisanterie.

    Ulrik Helmutovitch von Engelhardt,
    colonel à la retraite


    avatar
    Priap Rioumine

    Messages : 20
    Date d'inscription : 08/12/2017
    Localisation : Murasibirsk, caves de la gendarmerie impériale

    LE VIGILANT, 15 décembre 1917

    Message par Priap Rioumine le Sam 16 Déc 2017 - 11:11

    Le Vigilant a écrit:

    LE VIGILANT
    « Contre les Franc-charpentiers, la liberté d’informer »


    Kolozistan - La Russlavie au secours de la civilisation

    Une fois de plus, c’est à la Russlavie qu’il échoit de faire triompher la cause de la civilisation dans le Micromonde. Une fois de plus, ce sont les baïonnettes russlaves qui accourrent au secours du Droit et de la Justice. Sa Majesté Impériale a en effet daigné entendre les suppliques que Lui adressaient nos frères kolozistanais, menacés dans leur chair et dans leur âme par les déprédations d’une dangereuse clique de pogromistes extrémistes. La Russlavie, dont l’attachement aux principes humanitaires est bien connu, ne pouvait rester oisive alors que nos frères en cathodoxie sont sur le point d’être emportés dans une déferlante de violence inouïe. Notre Souverain a décrété dans l’urgence l’envoi d’un corps expéditionnaire chargé d’empêcher la ville de Dzerjinsk de tomber aux mains des sinistres sicaires de Lazarenko. Ce corps de braves, composé de ce que l’armée impériale compte de meilleur, a été confié au colonel-prince Pojarski, dont la réputation humaniste n’est plus à faire. Tremblez, pavlovistes, Pojarski vient pour vous ! Le loup russlave est à vos trousses !

    Note de dernière minute : Nous apprenons au moment de mettre sous presse que, face aux progrès fulgurants de la racaille pavloviste, qui a désormais atteint les frontières russlaves ( !), le gouvernement de Sa Majesté a déclaré la mobilisation partielle et le déploiement du IIIe corps d’armée (Petite-Russlavie). La guerre vient. Ce n’est pas de gaieté de cœur que la Russlavie a tiré l’épée, mais elle ne la rengainera pas avant que la Justice n’ait triomphé au Kolozistan. Le Vigilant est certain que chaque Russlave fera son devoir, pour l’Autocrate et la Patrie. Vive le Tsar ! Vive la Cathodoxie ! Vive le Kolozistan ! A Djerzinsk !

    Priap Kassianovitch Rioumine,
    Rédacteur en chef



    Russlavie - Elections législatives

    Le 3 janvier prochain la Russlavie élira ses représentants à la Douma. Le Vigilant est bien entendu sceptique quant au principe même d’élections au suffrage universel, dès lors qu’il s’agit d’un principe étranger à la nature russlave, et qui plus est superflu dans un régime autocratique où le Souverain dispose seul de la souveraineté dans toute sa plénitude. Cependant, dès lors qu’il a plus à Sa Majesté d’octroyer à son peuple une constitution et un parlement élu au suffrage universel, le Vigilant ne peut qu’inciter chaque Russlave à faire son devoir et à plébisciter des candidats patriotes, ayant à cœur les intérêts de la patrie et des Slaves. Tout candidat d’obédience merksiste ou républicaine devra bien entendu être dénoncé au poste de gendarmerie le plus proche.

    Le Vigilant recommande d’ors et déjà au suffrage de ses lecteurs les candidats suivants :

    Gubernya de Gornograd :

    Donat Sokratovitch Viatcheslavski (Parti Impérial Russlave) : colonel, propriétaire
    Isaac Loukanovitch Fetioukovitch (Parti Impérial Russlave) : ingénieur, propriétaire
    Vissarion Vissarionovitch Strauss (Parti Impérial Russlave) : propriétaire, président de la Ligue Anti-Noordzeelandaise

    Gubernya de Murasovie:

    Andreï Alexeïevitch Aksakov (Parti Impérial Russlave) : colonel, propriétaire
    Ulrik Helmutovitch von Engelhardt (Parti Impérial Russlave) : colonel, propriétaire
    Priap Kassianovitch Rioumine (Union de St-Wolodymir) : journaliste, propriétaire

    Gubernya d'Oudmourtie:

    Trofim Trofimovitch Trofimov (Parti Impérial Russlave) : général, propriétaire
    Ivan Ivanovitch Keller (Parti Septembriste) : capitaine, propriétaire

    Gubernya d'Orient:

    Nikanor Nikolaïevitch Petrochenko (Union de St-Wolodymir) : colonel, propriétaire
    Semion Selivanovitch Tchoukine (Parti Impérial Russlave) : colonel, propriétaire

    Gubernya de Sibérie:

    Platon Timofeïevitch Lopoukhine (Parti Impérial Russlave) : colonel, propriétaire

    Petite-Russlavie:

    Stanislav Pawlovitch Studzinski (Union des propriétaires) : propriétaire

    Lecteurs, votez pour ces hommes les yeux fermés, le Vigilant s’en porte garant ! Chacun d’entre eux est un patriote fidèle et un cathodoxe dévot ! Votez-bien, et offrez à Sa Majesté une Douma digne de Sa Confiance !

    Eli Iakovlevitch Gurbinstein,
    Chroniqueur Institutions & Politique
    avatar
    Priap Rioumine

    Messages : 20
    Date d'inscription : 08/12/2017
    Localisation : Murasibirsk, caves de la gendarmerie impériale

    Re: PRESSE RUSSLAVE

    Message par Priap Rioumine le Sam 23 Déc 2017 - 14:01

    Le Vigilant a écrit:

    LE VIGILANT
    « Contre la Franc-charpenterie, la liberté d’informer »


    Le grand dessein panslave à portée de main

    La crise kolozistanaise, qui, on le sait, a débuté comme une entreprise de déstabilisation edorano-francovare du Kolozistan afin d’y asseoir les intérêts mercantiles et sataniques de la Franc-Charpenterie, est peut-être en train d’offrir aux Slaves l’occasion unique d’avancer vers l’horizon ultime de notre civilisation, l’union de tous les Slaves. En effet, face à la menace des dangereux extrémistes pavlovistes, le peuple kolozistanais a non seulement compris que son salut se trouvait dans une alliance toujours plus étroite avec son frère russlave, il a également rejeté l’incompétent gouvernement merksiste de Madame Sokolova, auquel plus personne ne reconnait la moindre légitimité.

    La Russlavie a devant elle l’occasion historique d’assurer le triomphe du Droit au Kolozistan, et d’aider ce pays-frère à se reconstruire autour de principes sains et nationaux. A cette fin, il est impératif de soutenir l’action du Parti de la Renaissance Kolozistanaise (PRK), qui seul dispose de l’énergie et de la légitimité pour restaurer l’Etat kolozistanais et le prémunir à la fois de la peste pavloviste et du choléra merksiste. Iossif Merkoulovitch Kirov, son président, est le seul homme à même de rassembler tous les Kolozistanais. Il est impératif que le gouvernement russlave, ainsi que tous les Etats du Micromonde qui ont à cœur de voir triompher la justice, apportent leur soutien à I.M. Kirov afin qu’il puisse établir une dictature de salut public.

    Une fois le Kolozistan purgé du mal pavloviste et de l’affliction merkiste, une aube nouvelle s’élèvera pour nos deux pays, unis dans une alliance indissoluble. Les peuples tchécoslovènes, palonais, valdisks, verront alors ce que peut faire la puissance panslave, et supplieront d’être à leur tour libérés des chaînes qui les accablent afin d’intégrer la grande sphère de paix et de prospérité que nous bâtissons à la pointe de nos baïonnettes.

    Priap Kassianovitch Rioumine
    Rédacteur-en-chef



    La Russlavie doit commander aux océans !

    L’un des plus grands chantiers du gouvernement russlave depuis la fin de la dernière guerre civile a sans nul doute été la reconstruction et la modernisation des forces navales russlaves, entreprise titanesque s’il en est. En effet, notre flotte, abandonnée par les gouvernements successifs de la Russlavie entre 1907 et 1915, décimée par des combats fratricides en 1909, gangrénée par l’esprit démocratique et la négligence des officiers, était en passe de devenir la risée du Micromonde. C’est le déclin de la flotte russlave qui avait permis, entre autres, l’invasion jatonnaise du Kaukaze, l’intervention palonaise en Transvalachie, ou encore l’annexion par le Krassland des protectorats méridionaux. C’est également la décadence de nos capacités navales qui a permis aux agents d’Edoran d’orchestrer impunément un coup d’Etat en République de Port-Banane, avec les conséquences que l’on connait.

    Heureusement, cette faiblesse touche à sa fin. Les vigoureux et inlassables efforts de nos gouvernements depuis 1915 ont permis, lentement mais sûrement, de reconstruire l’appareil militaire russlave, en portant une attention toute particulière à notre force de frappe navale. Des commandes gigantesques ont été passées aux chantiers edoranais, des crédits colossaux ont été accordés à la réparation et à la modernisation des bâtiments existants, tandis que des mesures impitoyables ont été prises pour rétablir la discipline parmi les équipages. Des centaines de marins ont ainsi été déportés en Sibérie, tandis que des dizaines d’officiers étaient envoyés en retraite anticipée pour faire la place à une nouvelle génération formée à la guerre navale moderne. Bien plus, le célèbre ingénieur renégat Fop de Woep a été chargé de développer de nouvelles armes révolutionnaires, qui promettent de changer radicalement l’art de la guerre sur les océans. Alors que l'année 1918 s'annonce, il est permis d'affirmer: la Russlavie est bien près de retrouver son statut de puissance maritime.

    Le jour est proche où le pavillon russlave flottera à nouveau sur les océans, apportant partout avec lui le Droit et l’Ordre ! Le jour est proche où une escadre russlave voguera sur Port-Banane afin d’abattre la sanglante tyrannie de Juanito Edorano et de rétablir la liberté !

    Vive le Port-Banane libre ! Vive l’Amirauté ! Vive l’artillerie lourde !

    Mitrofan Ilitch Nejentsev
    Chroniqueur Affaires Militaires


    avatar
    Priap Rioumine

    Messages : 20
    Date d'inscription : 08/12/2017
    Localisation : Murasibirsk, caves de la gendarmerie impériale

    Re: PRESSE RUSSLAVE

    Message par Priap Rioumine le Ven 5 Jan 2018 - 12:04

    Le Vigilant consacre son numéro d'aujourd'hui aux élections législatives qui viennent d'avoir lieu en Russlavie. Comme on le lira, les résultats sont catastrophiques.

    Le Vigilant a écrit:

    LE VIGILANT
    "Contre la Franc-charpenterie, la liberté d'informer"


    Elections législatives – Une catastrophe apocalyptique

    Inqualifiable. Inouï. Abominable. Monstrueux. Catastrophique.

    Il n’y a pas de mots pour qualifier le séisme, le désastre national qui vient de frapper la Russlavie. Une fois de plus, le respect ridicule des formalités démocratiques plonge notre pays dans l’abysse.

    En effet, les élections législatives, tenues du 3 au 4 janvier 1918, ont accouché de résultats si monstrueux, si inexplicables, qu’ils remettent en question l’avenir de notre nation. A travers le pays, à l’annonce des résultats, des centaines de personnes se sont évanouies, tandis qu’on compte déjà les suicides et les internements psychiatriques par dizaines. Il y a de quoi. Que l’on en juge :



    Contre toute attente, et de manière résolument inexplicable, le Parti Impérial Russlave, garant de l’ordre, du droit et de la paix, perd sa majorité absolue, passant de 67 à 40 sièges. Il s'agit d'une réelle débâcle, qui ne peut s'expliquer que par les divisions internes grandissantes au sein du parti entre une aile modérée, bourgeoise et pro-edoranaise, et une aile patriotique, militariste et edoranophobe, qui monte en puissance depuis le retour du prince Pojarski en Russlavie. Cette fracture a suscité de nombreuses rivalités dans les circonscriptions, divisant le vote conservateur au profit des candidats du PCD.

    Le Parti Constitutionnel Démocrate, parti des bourjouis pleurnichards, qui a fait campagne sur des thèmes aussi ennuyeux que « l’Etat de droit » ou « les libertés », enregistre une progression de +7 sièges, arrivant à une parfaite égalité avec son adversaire de droite. Là aussi, un résultat proprement incompréhensible, qui doit plus aux querelles internes du PIR qu'aux mérites inexistants du PCD.

    Enfin, et c’est là que les résultats touchent au grotesque et au monstrueux, la chienlit révolutionnaire, exclue des précédentes doumas, fait son grand retour dans les travées de ce noble hémicycle : pas moins de 20 démocrates, merksistes, républicains et autres radicaux douteux ont réussi à se faire élire !

    Résultats inexplicables, monstrueux, on en conviendra sans peine. Seul un complot de la Franc-charpenterie, ou une hallucination collective de nos braves ouvriers et paysans, peut expliquer une telle débâcle des forces parlementaires patriotiques. Ces résultats, qui augurent d’une période sombre pour la Russlavie, confortent le Vigilant dans son opposition résolue à tout simulacre démocratique. Seule une Autocratie ferme et impitoyable, appuyée sur les baïonnettes et l'artillerie lourde, peut empêcher le peuple russlave de céder à ses instincts de débauche et de révolution.

    Priap Kassianovitch Rioumine
    Rédacteur en chef



    Elections législatives – Quel gouvernement ?

    La défaite du PIR empêche la reconduction de l’actuel gouvernement du prince Andronikov. Dès lors que les bourjouis incompétents du PCD ne disposent pas non plus d’une majorité parlementaire pour gouverner, la Russlavie semble promise à une période d’instabilité politique jamais vue depuis les jours agités de la Première République.

    Une telle instabilité politique remettrait en question toute la politique habile et efficace du gouvernement Andronikov pour replacer la Russlavie dans le concert des Nations de l’archipel Nord. Edoranais, Valdisks, Krasslandais et Franc-Charpentiers s’empresseront de profiter de nos querelles intestines pour affermer la Russlavie à leur cupidité et réduire en esclavage les Slaves.

    En conséquence, le Vigilant lance un appel solennel à Sa Majesté le Tsar :

    Assez des fioritures démocratiques ! Assez du parlementayrism’ ! Foin de toutes ces subtilités efféminées et de ces arguties d’hommes de loi ! La dictature, voilà ce que veut le peuple russlave ! Que Votre Majesté dissolve cette Douma inféconde, et déclare une bonne vieille dictature de Salut Public ! Tout le pouvoir au Tsar et à l’Armée ! Karpov dictateur !

    Ce n'est qu'à ce prix que la Russlavie pourra, nous le croyons, échapper à l'abîme démocratique et bourgeois qui menace de l'emporter.

    Ulrik Helmutovitch von Engelhardt,
    Colonel à la retraite

    avatar
    Joseph Kirov

    Messages : 750
    Date d'inscription : 24/07/2017

    Re: PRESSE RUSSLAVE

    Message par Joseph Kirov le Ven 5 Jan 2018 - 12:23

    Il était évident que les 20 DRM etaient des pions sataniques de l'international contrôlé par Maskva. Comme ceux du PMLGK responsable de la guerre...
    avatar
    Priap Rioumine

    Messages : 20
    Date d'inscription : 08/12/2017
    Localisation : Murasibirsk, caves de la gendarmerie impériale

    Le Correspondant de Somorkonde - 7 janvier 1918

    Message par Priap Rioumine le Dim 7 Jan 2018 - 11:41

    Le Vigilant présente... Le Correspondant de Somorkonde, journal édité en langue russlave et perzane.

    Iraklion Menchikov a écrit:

    LE CORRESPONDANT DE SOMORKONDE
    Revue en langue russlave et perzane

    Pour son premier numéro, la nouvelle rédaction du Correspondant a l'honneur d'offrir à ses lecteurs une interview exclusive de Svetlana Sokolova, Premier Ministre légitime du Kolozistan et Secrétaire général du Parti Merksiste-Luniniste local.

    On ne présente plus Svetlana Merkoulovna Sokolova, femme d'Etat implacable et ambitieuse. Son élection à la tête du Kolozistan, d'abord comme Présidente de la République en juillet 1917, puis comme cheffe du gouvernement à partir d'octobre dernier, a suscité un espoir immense à travers tout l'Archipel, que l'on avait plus vu depuis la brève République russlave de 1909-1910. Enfin, une merksiste sincère et convaincue accédait démocratiquement à la tête d'un Etat du Micromonde ! Les peuples opprimés du Micromonde pouvaient légitimement croire en des lendemains radieux de fraternité des races et de prospérité partagée. La promesse d'un Micromonde plus juste, plus démocratique, plus fraternel se dressait tel un phare de lumière rouge et ardente sur la plaine, tel un palais de cristal brillant de tous les espoirs de l'humanité...

    Las ! Les forces de la réaction ne pouvaient tolérer pareille menace, pareil affront à leurs privilèges, et organisèrent le putsch pavloviste que l'on sait, utilisant le sinistre Lazarenko comme homme de paille, mercenaire empressé des classes exploitantes.

    Aujourd'hui réfugiée à Djerzinsk sous la protection des armes russlaves et krasslandaises, Svetlana Sokolova a accepté de répondre à nos questions.

    Tovaricha Sokolova, selon certaines allégations, le coup d’état pavloviste aurait été fomenté par des puissances étrangères désireuses de déstabiliser le Kolozistan, au premier chef Edoran et la Francovie. Qu’en dites-vous ?

    Tout ceci est grotesque. Nous nous entendons très bien avec Edoran et la Francovie. Les raisons du coup d'Etat pavloviste sont purement internes au Kolozistan.


    Les Pavlovistes seront sûrement vaincus. Mais votre légitimité est contestée par les nationalistes et les libéraux qui refusent le retour d’un gouvernement merksiste au pouvoir. Quelle solution politique envisagez-vous pour réunifier le Kolozistan ?

    Le PMLGK est clair sur cette question : nous nous opposerons à tout changement de régime politique. Nous avons fait une proposition, qui est de transformer la République du Kolozistan en une Fédération, donnant à certaines régions, notamment les fiefs merksistes et nationalistes, une plus grande autonomie.

    [Ndlr.: Sokolova entend donc tribaliser le Kolozistan suivant des lignes de partage politiques]


    Pour quelle raison êtes-vous opposée à l'instauration d'une monarchie au Kolozistan ?

    Nous refusons toute idée de monarchie, car quoi qu'en dise l'opposition, les Kolozistanais ne veulent pas d'une Monarchie. Le Kolozistan s'est battu pendant des décennies, et ne souhaite pas un retour en arrière. Un seul monarque est respecté dans notre pays par la quasi totalité des kolozistanais : Igor, qui fut Roi du Kolozistan entre 1840 et 1861.


    En cas de blocage du Sommet de la paix à Djerzinsk, seriez-vous prête à tendre la main aux Pavlovistes pour combattre vos adversaires libéraux et nationalistes ?

    Nous ne ferons aucun compromis avec les Pavlovistes. Ils doivent être écrasés et combattus jusqu'à la mort. Il n'y a pas d'autre alternative.


    On prête à Edoran des visées impérialistes sur le Kolozistan. L’invasion du nord du pays ne serait que le prélude à une annexion pure et simple. Qu’en pensez-vous ?

    Il est vrai que dans le passé, Edoran a cherché à nous annexer, notamment en 2016. Cependant, nos relations ont toujours été relativement bonnes depuis. Nous ne craignons pas d'annexion. En tout cas, le Sommet de Dzerjinsk devra indiquer le retrait total de toutes les armées étrangères à la fin de la guerre. Nous serons très vigilants sur ce point.


    Le bruit court que vous seriez devenue la maitresse du général de Hauteville lors de votre passage par Edoran. Ne pensez-vous pas que cela risque d'affecter votre jugement ?

    [visiblement gênée, elle rougit] J'entretiens effectivement depuis quelques mois une relation avec Charles de Hauteville, ce n'est un secret pour personne dans l'Archipel. Néanmoins, je ne mélange jamais la vie privée et la vie publique. Mon patriotisme et mon amour pour le Kolozistan sera toujours plus fort qu'une relation amoureuse... [regardant rêveusement dans le vide tout en jouant avec ses cheveux] Et je suis certain que Charles, patriote edoranais, ne me contredira pas. Oh, Charles, j'aimerais tellement que tu sois là...

    [Ndlr.: voilà bien le problème quand les femmes accèdent à des postes à haute responsabilité]


    Quelles relations entretenez-vous avec le Valdisky, Etat merksiste intégral voisin de la Russlavie ?

    En tant qu'Etat merksiste, le Valdisky est un pays ami. Malheureusement, les relations avec les pays merksistes (comme le SOD et le Libéristant également) se sont dégradées lorsque la droite était au pouvoir. Lorsque j'étais Présidente de la République, je me suis toujours attachée à entretenir des bonnes relations avec les autres Etats, qu'ils soient Merksistes ou non.


    Entre-t-il dans vos intentions de recréer une Intermicronationale merksiste pour coordonner les mouvements démocratiques à travers l’Archipel nord ?

    Une Internationale Merksiste existe déjà, basée à Maskva (Valdisky). Elle suffit à rassembler les Merksistes de l'Archipel, je ne vois pas l'utilité d'en recréer une.

    [Ndlr.: Sokolova indique-t-elle ici son inféodation au merkisme valdisk ?]


    Figurez-vous que le cousin de la mère du garde-chasse d’un de mes amis s’appelle Sokolov. Il habite dans l’oblast de Tambovsk, en Oudmourtie. Vous le connaissez ?

    Ah ? Tiens donc. Comme beaucoup de Kolozistanais, nous avons des origines russlaves. Cette personne est peut-être un cousin éloigné, qui sait ?

    Je lui remettrai votre bonjour. Cependant je vous préviens, c'est un alcoolique. Merci, tovaritcha Sokolova pour votre franchise ! Espérons que les lecteurs du Micromonde seront pris de compassion pour le sort du Kolozistan !


    Propos recueillis par Léonti Sergueïvevitch Maksdoudov,
    Rédacteur-en-chef
    avatar
    Priap Rioumine

    Messages : 20
    Date d'inscription : 08/12/2017
    Localisation : Murasibirsk, caves de la gendarmerie impériale

    Re: PRESSE RUSSLAVE

    Message par Priap Rioumine le Mer 10 Jan 2018 - 16:31

    Demandez le Vigilant ! Au sommaire, une analyse des tractations politiques en Russlavie, et une dénonciation de l'impérialisme edoranais au Kolozistan.

    Le Vigilant a écrit:

    LE VIGILANT
    "Contre la Franc-charpenterie, la liberté d'informer"

    Politique russlave - Formation du gouvernement – La passivité coupable du gouvernement Andronikov

    Si les résultats des élections étaient déjà incompréhensibles (voir notre numéro précédent), l’inactivité du gouvernement depuis lors l’est encore plus.

    En effet, la défaite du Parti Impérial aux élections, qui rend très possible l’arrivée au pouvoir d’une coalition libérale-merksiste, obligeait à prendre des actions résolues et énergiques pour tuer dans l’œuf cette éventualité. Le Premier Ministre en exercice, Andronik Nikolaïevitch Andronikov, a à sa disposition les forces de l’ordre, l’Okhrana, l’armée, les officiers et les cosaques. Or, qu’a-t-il fait ?

    Rien.

    Après avoir convoqué un vague conseil des ministres pour « analyser la situation », le prince Andronikov n’a pris aucune des mesures énergiques qui tombent sous le sens, se bornant à discuter mollement d’une éventuelle coalition avec les libéraux du Parti Constitutionnel Démocrate, alors que toute la Russlavie contemple avec horreur la perspective de voir l’infâme Karénine, chef des KD, revenir au pouvoir.

    Profitant de cette inactivité coupable, les libéraux ne ménagent pas leurs efforts pour bâtir une coalition alternative avec les forces de gauche, et il se murmure qu’ils seraient tout prêts d’arriver à un accord avec Menchikov et Kniazevitch, les deux enragés qui tiennent lieu de leaders aux députés de gauche.


    Alexeï Karénine. Ne vous fiez pas à son uniforme, c'est un dangereux démagogue.


    Une telle perspective serait catastrophique pour la Russlavie. Ce serait, très sérieusement, la fin des temps. La guerre civile, le merksisme, les révoltes agraires et sociales seraient à nouveau à nos portes. C’est la raison pour laquelle, de toutes les provinces de la Russlavie, de toutes les couches de la société, monte vers le Tsar et le gouvernement ce cri unanime : Dictature !

    Seule une dictature énergique et brutale pourra sauver notre pays de l’abîme qui le guette. Le Vigilant, à l’unisson avec le peuple russlave, implore, adjure le gouvernement d’agir sans tarder et de déployer l’armée dans les rues. Seul le bombardement du siège du PCD et l’arrestation massive des députés de gauche pourra maintenir la paix sociale. Que l’on appelle le général Karpov au Palais ! Que l’on envoie les cosaques ! Que l’on châtie Karénine et ses sbires ! Que l’on knoute, que l’on fusille, que l’on déporte ! Le respect de l’Ordre et du Droit est à ce prix !

    La dictature pour Karpov ! Le knout pour Karénine ! La paix pour la Russlavie !

    Priap Kassianovitch Rioumine,
    Rédacteur-en-chef
    Candidat malheureux aux élections législatives


    International – Kolozistan - Quand donc cessera l’impérialisme edoranais ?

    Ce journal tenait jadis le le général de Hauteville pour un héros des temps modernes, un ami des Slaves et un spécimen accompli de virilité guerrière. Ses exploits hors du commun, tant sur les champs de bataille que dans le boudoir, étaient salués par le Vigilant avec la révérence qui convient aux véritables amis de la Russlavie.

    Mais ça, c’était avant. Aujourd’hui, tout indique que Karl de Hauteville est tombé sous l’emprise des puissances démoniaques. On ne saurait trouver d’autre explication raisonnable au comportement actuel du général de Hauteville, qui, d’ami des Slaves, est devenu le zélé exécutant de l’impérialisme edoranais dans ce qu’il a de plus vil, de plus sinueux, en un mot, de plus franc-charpentier.


    Le général de Hauteville n'est plus tout à fait le même ces derniers temps


    En effet, il devient de plus en plus évident qu’Edoran entend profiter de la guerre civile au Kolozistan pour vassaliser le nord du pays et en faire une zone économique exclusive où les capitalistes edoranais pourront satisfaire leur cupidité insatiable. Nullement intéréssés par la lutte contre les Pavlovistes (qui repose à l’heure actuelle sur les seules épaules russlaves), les Edoranais organisent la mise en coupe réglée de la « Bordure » qu’ils ont annexé. Il se murmure que les autorités edoranaises organisent en ce moment-même la déportation forcée des travailleurs kolozistanais vers Allancia, afin de nourrir les gigantesques usines edoranaises où, comme chacun sait, le taux de mortalité au travail avoisine les 80%.

    Cette efficacité cynique tend à conforter la rumeur selon laquelle le gouvernement edoranais serait derrière l’insurrection pavloviste, déclenchée dans l’unique but de déstabiliser le Kolozistan, prélude à son démembrement. La complicité de la Francovie dans cette affaire est obscure, mais probable.

    Un démembrement qui parait d’autant plus probable que le gouvernement edoranais est parvenu à suborner le gouvernement merksiste de Sokolova : celle-ci, en représentante typique du sexe faible, s’est en effet laissée aisément séduire par le charme bien membré du général de Hauteville. A présent aux ordres de son amant, la « camarade » Sokolova prône désormais un plan de démantèlement du Kolozistan en multiples enclaves ethnico-politiques. C’est le scénario rêvé pour les conspirateurs qui hantent les antichambres et les alcôves d’Allancia : une telle fragmentation leur permettra de dominer facilement ces « républiques autonomes » de pacotille, en attendant leur annexion pure et simple.

    Jamais les Kolozistanais n’ont été en plus mortel danger de perdre leur indépendance et leur liberté. Le monstre hideux de la servitude s’avance dans les ténèbres du nord, rampant, grognant, affamé de vies à asservir aux pyramides infernales du capitalisme franc-charpentier.

    Filip Ivanovitch Skouratov
    Journaliste
    avatar
    Priap Rioumine

    Messages : 20
    Date d'inscription : 08/12/2017
    Localisation : Murasibirsk, caves de la gendarmerie impériale

    Re: PRESSE RUSSLAVE

    Message par Priap Rioumine le Ven 12 Jan 2018 - 11:01

    Demandez le Vigilant ! Un reportage exceptionnel de notre correspondant de guerre sur la ligne de front !

    Le Vigilant a écrit:

    LE VIGILANT
    "Contre la Franc-charpenterie, la liberté d'informer"

    Bolbotoun !

    Comme la foudre dans le ciel d’été – Bolbotoun !
    Comme un coup de feu dans la nuit – Bolbotoun !
    Comme la terreur dans le cœur des hommes – Bolbotoun !


    Un héros des temps modernes

    Il est des époques où la vie semble renouer avec les temps épiques et glorieux de jadis, où la vie se pare soudainement des atours d’une Res Gestae héroïque et fulgurante, lumineuse et brutale.

    Ainsi en est-il de notre intervention au Kolozistan. Jamais on n’a vu plus noble cause que celle qui a conduit la Russlavie à engager ses forces d’un cœur ardent et généreux à l’appui de son petit frère kolozistanais. La fraternité slave, la défense du Droit et du Bien, la protection des affamés et des orphelins, voilà ce qui a motivé le Loup russlave à s’engager d’un cœur unanime au Kolozistan, montrant à tout le Micromonde un exemple d’abnégation et de dévouement.

    Qu’on en juge ! Alors que les puissances impérialistes, nous voulons dire Edoran et la Francovie, totalement indifférentes au martyr du peuple kolozistanais, s’agitaient en vaines conspirations dans l’ombre des boudoirs de Dzerjinsk, épuisant leurs faibles énergies efféminées en d’interminables afféteries diplomatiques, où étaient les Russlaves ?

    Ils étaient sur la ligne de front, portant sur leurs seules épaules le poids de la lutte contre l’hydre pavloviste, cet immonde ramassis de criminels de guerre et de pervers sexuels armés et équipés par l’Internationale Franc-charpentière.

    Pendant que les Edoranais organisaient l’annexion et l’exploitation du nord du Kolozistan, engageant des persécutions inouïes contre la paysannerie cathodoxe, où étaient les Russlaves ?

    Ils passaient à l’offensive, enfonçant les lignes pavlovistes à la pointe de leurs baïonnettes.

    Pendant que merksistes et libéraux kolozistanais se disputaient en de vaines arguties infantiles sous les ors des palais de Djerzinsk, où étaient les Russlaves ?

    Ils marchaient sur Tchernislav, refoulant partout la canaille pavloviste, libérant villes et villages à tour-de-bras en une chevauchée héroïque rappelant les heures les plus glorieuses de la race slave.

    A la tête de cette chevauchée, à la pointe écarlate de ce fer de lance de la Civilisation ; Bolbotoun.

    Bolbotoun ! Son nom résonne partout en échos terribles, suscitant l’espoir et la joie chez les Kolozistanais, répandant la peur dans le cœur des Pavlovistes.

    Bolbotoun ! Ataman des Cosaques du Tniepr, héros à cheval des temps mécanisés ! Libérateur de la plaine kolozistanaise, l’horizon le voit s’approcher dans l’effroi et la splendeur ; à ses côtés chevauchent la Mort et la Vengeance.

    Bolbotoun ! L'incendie rougeoie sur la terre cathodoxe, délivrée de ses chaînes,  et Tchernislav la Noire, antique et glorieuse ville pour tous les Slaves, voit approcher l’heure de sa libération. Des cœurs des habitants de Tchernislav ne monte plus qu’un cri unanime : Bolbotoun ! Libère-nous, Bolbotoun ! Tchernislav t’appelle, Tchernislav te désire, Tchernislav t’attend !

    Et Bolbotoun, entendant ce cri, galope vers Tchernislav la Noire à la tête de sa cosaquerie et de son artillerie montée. La libération est proche.

    Eli Petrovitch Fomine,
    Correspondant de guerre
    avatar
    Priap Rioumine

    Messages : 20
    Date d'inscription : 08/12/2017
    Localisation : Murasibirsk, caves de la gendarmerie impériale

    LE VIGILANT, 24 janvier 1918

    Message par Priap Rioumine le Mer 24 Jan 2018 - 18:22

    Le Vigilant a écrit:
    Le Vigilant, qui avait ses bureaux dans les caves de la Gendarmerie impériale, était naturellement incapable de se fixer une ligne éditoriale sur la crise politico-militaire qui paralysait la Capitale. Comment savoir de quel côté le bâton allait frapper ? En conséquence, et par un souci de légitime prudence, la rédaction décida d’ignorer totalement les évènements criants des derniers jours, pour se concentrer sur des sujets annexes propres à distraire son lectorat. Conformément à une sage pratique, on prendrait position plus tard, une fois le gagnant connu.

    LE VIGILANT
    "Contre la Franc-charpenterie, la liberté d'informer"

    Au sommaire :
    Dynastie – mariage impérial en vue ?
    Saison mondaine –  la fille du Comte R., un parti que tout le monde s’arrache
    Diplomatie - Pour une reprise des relations avec le Jaton
    International – Quand reverrais-je Port-Banane ?
    Portrait - Toktogroul IV, Khan de Krimée en exil


    Dynastie – la position du Grand-duc Wolodymir menacée ?

    Selon certaines rumeurs circulant dans les salons des douairières murasovites les mieux informées, l’état de célibat de Sa Majesté Impériale Notre très glorieux Souverain pourrait arriver à son terme dans les prochains mois. En effet, il se murmure que l’Imperator Mikhaïl Nikolaïevitch serait enfin décidé à prendre une épouse, afin d’offrir une progéniture impériale à la Russlavie. Une telle nouvelle ne peut que réjouir les fidèles sujets du Tsar, et faire taire une fois pour toutes les ignobles rumeurs courant sur la pseudo « asexualité » de Notre Souverain, dont l’indifférence alléguée envers le sexe faible ne peut s’expliquer que par un attachement tout à fait admirable aux principes de la foi cathodoxe, et non par je ne sais quelle perversion chimérique concoctée par les cerveaux fiévreux de l’Institut de médecine edoranais.

    Mais quelle serait l’heureuse élue, alors ? Selon la Comtesse Z., dont votre serviteur a pu recueillir les confidences, il est hors de doute que le Tsar serait sur le point d’épouser une princesse zollernoise. D’autres, au contraire, évoquent une héritière du Stadhouder du Noordzeeland, ou même une princesse belondaure en exil à Roulettenburg. Pour la baronne Tch., par contre, la future épouse serait tout à fait russlave : il s’agirait de la fille du Comte R., dont le patrimoine terrien et industriel est l’un des plus vastes du pays. D’autres experts bien introduits à la Cour réfutent cette idée comme trop scandaleuse, et insistent sur le fait que l’heureuse élue, quelle qu’elle soit, est à chercher hors des frontières de l’empire, ce mariage devant être utilisé pour renforcer les liens de la Russlavie avec un de ses voisins.

    La joie des Russlaves à l’idée d’un mariage impérial est unanime, écrivions-nous, si ce n’est pour une personne. En effet, le Grand-duc Wolodymir, fils du Tsar (et usurpateur) Konstantin Alexandrovitch, ne peut que déplorer un mariage qui risque, en cas de descendance masculine, de lui faire perdre son statut d’héritier présomptif de la Couronne.

    Les rares Russlaves qui chérissent encore secrètement la mémoire du défunt Konstantin doivent eux aussi déplorer ce mariage qui éloigne leur candidat du trône impérial. Or, leur influence n’est pas à négliger : on murmure que, dans les cercles militaires, nombreux sont ceux qui se souviennent avec nostalgie du règne autocratique de Konstantin.

    Affaire à suivre, donc.

    Mavriki Nikolaïevitch du Chayla,
    Dynastie et mondanités

    Prince Zabrücksi

    Messages : 30
    Date d'inscription : 01/11/2017
    Localisation : Zollernberg

    Re: PRESSE RUSSLAVE

    Message par Prince Zabrücksi le Sam 27 Jan 2018 - 11:55

    Absolument passionnant !
    avatar
    Yaromir Pavlovich

    Messages : 48
    Date d'inscription : 06/08/2017
    Localisation : Murasibirsk

    Re: PRESSE RUSSLAVE

    Message par Yaromir Pavlovich le Jeu 10 Mai 2018 - 17:48


    LE VIGILANT
    "Contre la Franc-charpenterie, la liberté d'informer"


    Résultat des urnes : le karenisme laminé

    Voilà longtemps que les patriotes russlaves attendaient la fin de la parenthèse Karenine, c’est désormais chose faite : perdant 23 sièges à la Douma, le PCD se retrouve en nette minorité avec 17 députés, soit un de plus seulement (!) que le groupe de prétendus " Indépendants " que nous savons pourtant tous noyautés par la pathologie merksiste.

    Selon nos sources locales, ce désaveu des mandarins bourgeois s’explique par une participation très forte des campagnes et des petites villes, socle durable du cathodoxisme-orthodique et des valeurs de bonus pater familias que le poison franc-charpentier ne saurait atteindre. Pétris d’amour pour leur Imperator, les quatre coins de la nation ont voulu mandater leurs meilleurs braves pour décrasser l’assemblée honteuse et libérer le souverain des terribles entraves imposées par nos Lois Fondamentales.

    Car oui, tous espèrent que le Prince Andronikov, fort de 67 élus dans l’hémicycle, grand vainqueur du bras de fer contre le karenisme, entamera la restauration de l’empire autoritaire et donc éclairé. Chers lecteurs, souhaitons-lui bonne chance ! Entre l’abolition du démocratisme abusif et métèque, la restauration de l’instruction cathodoxe-orthodique, et le réarmement massif de nos contrées, la présente session parlementaire a bien de quoi se retrouver très occupée. Espérons que le message fort envoyé à Murasibirsk ne restera point lettre morte. Les électeurs-patriotes ne le pardonneraient pas.

    Priap Kassianovitch Rioumine,
    Rédacteur-en-chef



    Noces du Tsar : l’heureuse élue enfin trouvée

    Russlaves de toutes conditions, réjouissez-vous ! Nos sources hautement placées nous permettent de dévoiler en exclusivité le nom de notre future Tsarine : Son Altesse Royale Maria-Alexandra Kosturi, Princesse de Moldavia. Si nos lecteurs auraient sans doute préféré une demoiselle du pays, la susnommée reste toute de même une digne représentante de la glorieuse civilisation slave. L’on s’impatiente déjà d’apercevoir cette pièce rapportée édoranaise, que l’on dit resplendissante et aux antipodes de l’intelligentsia merksiste moldavienne.

    Une bonne trouvaille, donc, qui devra s’appliquer rapidement à engendrer la descendance tant désirée de notre Imperator. Les épousailles cathodoxes-orthodiques se dérouleront ce mois-ci dans la capitale. Bonheur et hommages au noble couple !

    Mavriki Nikolaïevitch du Chayla,
    Dynastie et mondanités

    Contenu sponsorisé

    Re: PRESSE RUSSLAVE

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 21 Mai 2018 - 16:52